Rechercher
  • Admin

On a débusqué le pot aux roses des aides-soignantes

🔺 « CELUI QUI PENSE QU’UN PROFESSIONNEL COÛTE CHER N’A AUCUNE IDÉE DE CE QUE PEUT LUI COÛTER UN INCOMPÉTENT ‼️ »

🔻


Candidate à l’#URPS sur la liste Fni PACA, Caroll Boff débusque le pot aux roses des aides-soignantes .


▶️ Vous avez probablement entendu parler de ces 4 aides-soignantes qui ont ouvert, en libéral, un cabinet de soins à domicile à Touques, dans le Calvados. Alors que tout le monde est focalisé sur la Covid et sur la vaccination, ce sujet est une véritable bombe à retardement qui ne semble inquiéter personne ! Les syndicats fni d’Occitanie , comme PACA, veulent alerter sur ce sujet et prendre une position ferme : ce genre de choses ne doit pas se produire dans notre région aussi.


▶️À ce jour, il n’existe ni rôle autonome de l’aide-soignante, ni acte médical ou paramédical qui lui soit délégué lui permettant de réaliser en libéral des soins à domicile.


▶️Alors, posez-vous une seule question : « Croyez-vous vraiment que si des infirmières libérales avaient affiché sur leur plaque « médecine générale », la profession médicale les laisserait faire ? ». Certainement pas. Et elle aurait bien raison ! Nous n’avons ni les compétences, ni les connaissances, ni la volonté de nous substituer aux médecins généralistes.


L’installation en auto entrepreneuriat de ces 4 aides-soignantes est véritablement préoccupante, d’autant qu’elles ont déclaré comme activité principale exercée (code NAF 8690D) : « activités des infirmières et des sages-femmes ». C’est encore Caroll Boff, infirmière libérale sur la liste FNI PACA, qui a découvert cela, ouvrant la voie à une forme d’exercice illégal de la profession infirmière.


Et si elles n’étaient que les premières…. d’un vaste mouvement destiné à confier aux AS un rôle autonome❓ Cette installation libérale d’AS créé un précédent dans lequel le gouvernement rêve de s’engouffrer déjà depuis 2009. Pour une bonne raison : transférer aux aides-soignantes des compétences infirmières fait miroiter des économies alors qu’il n’a envisagé aucune solution durable pour financer le 5ème risque dépendance dans les années à venir. Le projet de réingénierie du diplôme d’AS s’inscrit dans cet objectif : possibilité de réaliser des injections, d’évaluer une situation clinique… un projet qui n’a été contré QUE par la FNI au niveau national ‼️


▶️Ce sujet est une prérogative de l’ordre infirmier dont le silence est pour le moins surprenant.


🔴 La liste fni d’Occitanie, comme PACA est bien sûr favorable à une évolution de carrière légitime pour les aides-soignantes. Oui, elles ont besoin de perspectives d’évolution. Alors proposons-leur des passerelles pour raccourcir l’obtention d’un DE d’infirmière éventuellement en ayant recours à la VAE (validation des acquis de l’expérience) et à la formation en Ifsi qui en découle..


⚠️Mais imaginer qu’on peut réaliser des soins infirmiers sans en avoir le diplôme, c’est mettre en danger la sécurité des patients, des études l’ont déjà montré*. Rappelons aussi que lorsque les soins d’hygiène sont réalisés par les infirmières libérales, et c’est plus spécialement vrai dans le sud de la France, le taux de recours à l’hospitalisation des personnes âgées y est plus faible qu’ailleurs, quand bien même les Siad et Had y sont moins nombreux, réduisant d’autant le coût pour la société.


🔴Pour faire barrage à l’installation libérale des aides-soignantes à l’élection URPS du 31 mars, votons tous FNI ‼️


2 565 vues1 commentaire